-->

Mes dernières chroniques :

https://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/demain-nest-pas-un-autre-jour-robyn-schneider.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/03/la-tour-aux-mille-etages-katharine-mcgee.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/phobie-douce-john-corey-whaley.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/pieges-christy-saubesty.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/marquer-les-ombres-veronica-roth.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/coeurs-brises-tetes-coupees-robyn-schneider.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/quelques-minutes-apres-minuit-patrick-ness.html https://liredelivres.blogspot.fr/2017/02/la-vie-enfuie-de-martha-k-angelique-barberat.html 

mercredi 8 février 2017

=> La vie enfuie de Martha K. - Angélique Barbérat <=

Lu en LC avec Little A ♥ 
Éditeur : Michel Lafon
Genre : contemporain
Public : /
Nombre de pages : 398
Date de parution : 02/02/2017
Prix : 19,95€
- One-shot -

Résumé
« Après des semaines, elle apprend qu’elle se prénomme Martha, qu’elle est française, mariée et mère d’un petit garçon. Personne ne peut expliquer pourquoi elle se cachait dans la remorque de ce camion, à la frontière entre l’Allemagne et la Pologne. Elle moins que les autres, car son amnésie est totale. Et quand elle revient dans leur maison sur les bords du lac d’Annecy, elle découvre sa vie passée.
Mais elle ne se reconnaît pas dans la femme qu’on lui décrit. Une part d’elle-même a disparu, Martha en est certaine. Alors elle va enquêter. Que faisait-elle sur cette route lointaine, un matin de janvier ? Est-ce qu’elle fuyait ? Pourquoi n’avait-elle sur elle qu’un tube de rouge à lèvres ? Pourquoi, surtout, le sentiment que quelque chose – ou quelqu’un – lui manque atrocement est-il aussi ancré en elle ? »

Avis :  
Si vous êtes réguliers par ici, vous savez qu'Angélique Barbérat c'est mon coup de coeur tous les ans, que je trépigne à chaque titre, que je fonds pour sa plume, ses personnages, leurs histories. Alors, vous vous doutez que je n'ai pas hésité une seule seconde en me jetant sur La vie enfuie de Martha K., son dernier roman. Une lecture que j'ai fait en compagnie de Little A, forcément Et qu'en dire, si ce n'est que c'est encore un coup de coeur, total et complet ! J'ai quitté l'endroit où je me trouvais, les questions/soucis que je pouvais avoir en tête dès les premières pages, pour rejoindre une anonyme, en quête de son identité, de sa personnalité et de sa vie.

Martha se réveille dans la remorque d'un camion, arrêté sur une aire d'autoroute. Lorsque ses yeux s'ouvrent, elle ne sait plus rien. Que fait-elle ici ? Où vit-elle ? Qui est-elle ? C'est peut-être cette dernière question la plus effrayante, alors qu'elle découvre plus tard qu'elle s'appelle Martha Klein, épouse et mère d'un petit garçon de dix ans. Qu'elle réintègre sa vie, sa demeure, près du lac d'Annecy. Ou plutôt la vie de Martha, parce que tout, de la femme qu'on lui décrit aux lieux qui l'entourent, lui semble étranger...

On entre dans La vie enfuie de Martha K. avec le trouble et le flou de Martha. Alors qu'elle ne sait ni qui elle est, ni ce qu'elle fait à l'arrière d'un camion, je faisais à la fois connaissance avec ce nouveau personnage mais aussi une nouvelle histoire. Ce récit signe le quatrième roman [publié] d'Angélique Barbérat. Il a d'entrée une amorce et une accroche que j'ai trouvées différentes, un petit quelque chose de plus mystérieux, l'impression immédiate qu'il va nous entraîner ailleurs, et nous surprendre. J'ai passé un weekend à le lire. J'aurais aimé que ce soit plus. J'aurais aimé que ce soit moins. On a envie de l'engloutir comme de s'en délecter. 
D'abord de la plume, de chaque mot, de chaque phrase... Angélique Barbérat est une véritable conteuse, et malgré le temps, ses mots me font toujours autant d'effet, ses personnages me sont toujours aussi touchants. Elle ne lime rien du temps qui passe, s'enfuit et s'écoule. De l'amour, qui vient, repart, demeure. Elle exprime les émotions comme une personne, les lieux comme vivants. Le lac d'Annecy ondule d'une histoire nouvelle sous sa plume, à la fois témoin et gardien. 
... Puis des personnages. Elle les « charge » d'une véritable histoire, entière, authentique. Combien de fois me suis-je émerveillée de l'humanité que dégage Martha - et le roman tout entier - ; je n'ai pu compter. Martha est tout en faiblesses et détermination : comprendre son passé, qui elle est, accepter que ses souvenirs s'échappent sans revenir, continuer sa vie. Rapidement, ses émotions deviennent les nôtres : son trouble, ses inquiétudes, ses joies, son amour - dont elle déborde littéralement. Nous la découvrons comme elle, petit à petit, morceaux par morceaux, fascinés, parfois impatients.
Les passages où Martha recouvre sa mémoire sont les « pires », dans le sens où ils nous ancrent, nous retiennent. Plus encore que Martha, le lecteur perd lui-même la notion du temps et de l'espace, se retrouvant dans ces souvenirs, happé par leur retour et leur histoire. L'intrigue est autant délicieuse que tumultueuse. Tel un lac, elle se révèle sous différentes couleurs, sous différents sons. Elle peut être de glace et trompeuse, s'illuminer et s'obscurcir en un clin d'oeil. Comprenez : Angélique Barbérat fait un nouveau chassé-croisé avec nous. Un chassé-croisé qui mêle avec brio amour et amnésie, suspense et surprises.
La vie enfuie de Martha K. nous parlera de temps et d'oubli, d'amour et de liberté. L'amnésie de Martha permet de revenir sur la quête de soi et d'identité, de ce qui nous définit vraiment et nous reflète aux yeux des autres. Elle nous invite aussi à réfléchir sur nous-même, autant que Martha. Angélique Barbérat évoquera encore l'amour, celui qui nous éteint et nous emprisonne, celui qui traverse le temps et nous défie. Et nous surprendra, toujours. 

Et s'il ne fallait qu'une citation pour vous convaincre : 
« [...] j'ai très envie de signifier à Frau Baumgartner qu'aucune maison n'est parfaite, parce qu'elle est l'oeuvre d'un humain. Qui, lui, ne l'est pas non plus. Que rien ne l'est jamais, parce que tout, absolument tout a des faiblesses, des défauts, une part d'incontrôlable... »

~~~~~~
Angélique Barbérat m'a fait vivre un nouveau coup de coeur avec La vie enfuie de Martha K. ! Un coup de coeur plein et entier, du genre qui vous imprègne, vous habite. Ses romans et ses personnages, leurs histoires, sont à cette image. Ils arrivent et entrent dans votre vie, y restent, s'y ancrent. On pense à eux avant, pendant et après. Martha ne fera pas exception, et certains personnages secondaires non plus ! Angélique Barbérat nous livre à nouveau un roman différent, humain et fascinant. Le suspense est efficace, la tension est dosée, l'amour omniprésent. 
Vous aussi partez à votre tour à la recherche de Martha ! 

+ Je remercie les éditions Michel Lafon
+ Lola et Bertrand - existe en poche
+ Lola ou l'apprentissage du bonheur - à paraître en poche (mars 2017)

2 commentaires:

  1. Et bien, tu me donnes bien envie de découvrir cette histoire :D !!

    RépondreSupprimer
  2. Va falloir que je me penche sérieusement sur cette auteure dis donc !

    RépondreSupprimer

Merci pour votre petit mot ♥